Évènements

Sep
24
jeu
2020
Soutenance thèse Roman Rutka
Sep 24 @ 14 h 00 min – 17 h 00 min
Titre de thèse : Mécanismes de régulation émotionnelle au cours du sommeil : apports de l’étude du système nerveux autonome. 
 
Malheureusement, les conditions sanitaires actuelles imposent l’absence de public en “présentiel”. Vous pourrez cependant suivre la soutenance par visioconférence, à partir du lien ci-dessous :
Résumé de thèse :
L’émotion est un processus adaptatif complexe, dont les manifestations cognitives, physiologiques et comportementales peuvent être influencées par différents mécanismes de régulation. Dans ce cadre, de nombreux arguments de la littérature laissent suggérer une relation entre la régulation émotionnelle et les activités neurophysiologiques ayant lieu durant les stades de sommeil lent (SL) et de sommeil paradoxal (SP). Toutefois, le rôle joué par chacun de ces stades demeure encore mal connu. Dans cette thèse, nous avons cherché à tester une hypothèse séquentielle selon laquelle les mécanismes hypniques de régulation émotionnelle seraient associés à l’alternance entre le SL et le SP. Afin de dépasser certaines des limites dans l’évaluation des processus émotionnels lorsque les individus sont dans des états non conscients, nous avons donné une place centrale à l’évaluation des changements neurovégétatifs dans une perspective dynamique. Notre première étude visait à expliquer les incohérences de la littérature concernant les effets du SP. A l’aide d’un protocole d’induction émotionnelle suite à un réveil en seconde partie de nuit, nous avons observé que le nombre d’épisodes de SP post-induction prédisait une atténuation du ressenti affectif et une augmentation de l’activité parasympathique en réponse à une émotion de tristesse le lendemain au réveil. Parallèlement, au moyen de l’étude dynamique de l’activité du système nerveux autonome, nous avons cherché dans une deuxième étude à identifier un biomarqueur périphérique spécifique au traitement émotionnel, qui pourrait par la suite être mesuré durant le sommeil sans perturber son déroulement. Dans un protocole mesurant les activités neurovégétatives au repos, lors d’une induction émotionnelle longue et durant le retour à un état neutre, nous avons pu mettre en évidence que le changement de la corrélation entre les activités sympathique et parasympathique au cours de l’épisode émotionnel s’avère un témoin sensible et pertinent du ressenti émotionnel. Dans une 3ème et dernière étude, nous avons utilisé ce biomarqueur lors de l’enregistrement de 3 nuits de sommeil, dont une nuit suivant une induction émotionnelle. Ceci a permis d’identifier deux moments clés de la nuit durant lesquels des processus de régulation émotionnelle sont susceptibles d’avoir lieu. L’ensemble des observations présentées dans ce travail de thèse est cohérent avec l’hypothèse d’un rôle séquentiel des stades de sommeil, et l’approche dynamique que nous défendons offre de nouveaux outils dans l’investigation des processus hypniques de régulation émotionnelle.
Devant le jury composé de :
  • Pr Henrique SEQUEIRA, Université de Lille, Rapporteur
  • Pr Frédéric CANINI, Ecole militaire du Val-de-Grace, Rapporteur
  • Pr Sophie SCHWARTZ, Université de Genève, Examinatrice
  • Dr. Laurent VERCUEIL, Centre Hospitalier Universitaire de Grenoble, Examinateur
  • Dr Sonia PELLISSIER, Université Savoie Mont-Blanc, Directrice de thèse
  • Pr. Pascal HOT, Université Savoie Mont-Blanc, Directeur de thèse
Oct
2
ven
2020
Séminaire Eiko Fried
Oct 2 @ 10 h 00 min – 12 h 00 min

Lack of theory building and testing impedes progress in psychological science


— The applied social science literature using factor and network models continues to grow rapidly. Most work reads like an exercise in model fitting, and falls short of theory building and testing in three ways. First, statistical and theoretical models are conflated, leading to invalid inferences such as the existence of psychological constructs based on factor models, or recommendations for clinical interventions based on network models. I my talk, demonstrate this inferential gap in a simulation: excellent model fit does little to corroborate a theory, regardless of quality or quantity of data. Second, researchers fail to explicate theories about psychological constructs, but use implicit causal beliefs to guide inferences. These latent theories have led to problematic best practices. Third, explicated theories are often weak theories: imprecise descriptions vulnerable to hidden assumptions and unknowns. Such theories do not offer precise predictions, and it is often unclear whether statistical effects actually corroborate weak theories or not. I demonstrate that these three challenges are common and harmful, and impede theory formation, failure, and reform. Matching theoretical and statistical models is necessary to bring data to bear on theories, and a renewed focus on theoretical psychology and formalizing theories offers a way forward.

 

Nov
6
ven
2020
Séminaire Quentin André
Nov 6 @ 10 h 00 min – 12 h 00 min

Organized Distrust Produces Trustworthy Reports: A Primer on Identifying and Reporting Suspicious Data Patterns


 

Fév
26
ven
2021
Séminaire Alexandre Heeren
Fév 26 @ 10 h 00 min – 12 h 00 min
Alexandre Heeren, Professeur à l’Institut de Recherche en Sciences Psychologiques, UCLouvain, Belgique et Chercheur Qualifié au Fond National de la Recherche Scientifique (FRS-FNRS), Belgique
 Titre: Vers une approche systémique et dynamique des processus cognitifs et émotionnels en psychopathologie