Soutenance de thèse – Roxane Turgon

Quand :
10 décembre 2021 @ 14 h 00 min – 17 h 30 min
2021-12-10T14:00:00+01:00
2021-12-10T17:30:00+01:00
Où :
Salle Annie Génovèse, Bâtiment Michel Dubois
1251 Avenue Centrale
38400 Saint-Martin-d'Hères
Titre de la thèse :

Prévenir et prendre en charge les troubles des conduites alimentaires par la réduction de l’internalisation de l’idéal de minceur : le rôle de la dissonance cognitive



Composition du Jury :
  • Mme Céline BAEYENS, Professeure, Université Grenoble Alpes, Présidente
  • Mme Catherine BLATIER, Professeure, Université Grenoble Alpes, Directrice de thèse
  • Mme Rebecca SHANKLAND, Professeure, Université Lumière Lyon 2, Co-Directrice de thèse
  • M. Christophe LEYS, Professeur, Université libre de Bruxelles, Rapporteur
  • M. Grégory MICHEL, Professeur, Université de Bordeaux, Rapporteur
  • M. Pascal ANTOINE, Professeur, Université de Lille, Examinateur

Résumé : 

Le nombre de diagnostic pour les Troubles des conduites alimentaires (TCA) est en augmentation que ce soit pour une population féminine ou masculine. Des programmes de prévention et de traitement des TCA existent, cependant leur mise en place et le taux de rétablissement restent modérés. L’objectif de cette thèse est d’évaluer si la Théorie de la dissonance cognitive est applicable à diverses populations dans le domaine des TCA pour inciter les personnes à modifier leurs comportements et leurs attitudes.

Une revue systématique a montré que l’induction de la dissonance chez des participants cliniques et non-cliniques semble efficace comparée à des groupes contrôles dans une diversité de troubles psychologiques mais que les effets restent mitigés par rapport à d’autres interventions. La littérature sur l’induction de dissonance dans la prévention des TCA est très documentée mais un pan entier reste à explorer concernant son efficacité sur des pré-adolescents, notamment sur des garçons.

Un essai contrôlé randomisé comparant un programme de prévention, induisant la dissonance, à un documentaire vidéo sur des pré-adolescents a montré l’efficacité du programme sur la variable cible « internalisation de l’idéal de minceur ». Cependant, ce programme se révèle moins efficace sur les pré-adolescents que lorsqu’il est proposé à des participants plus âgés sur les autres facteurs de risque des TCA et sur les symptômes TCA.

Les résultats de cette étude montrent le besoin d’un changement de cible pour améliorer la prévention des TCA chez les pré-adolescents. Un protocole de recherche, combinant un design à bases multiples avec des évaluations écologiques momentanées, décrit un programme induisant de la dissonance pour les parents d’adolescents. Les adolescents ne participent pas au programme mais peuvent faire les activités entre les séances en interaction avec leurs parents. Les résultats attendus sont que les parents et les enfants diminuent leurs facteurs de risque des TCA.

Une méta-analyse a été conduite afin de déterminer si les programmes basés sur la pleine conscience sont des groupes contrôles actifs crédibles. Nos résultats semblent indiquer que ces programmes sont efficaces pour réduire les symptômes TCA et d’autres dimensions affectées par le TCA (e.g., insatisfaction corporelle) en comparaison avec les effets observés sur des groupes contrôles passifs.

L’essai contrôlé randomisé propose d’enrichir la littérature sur l’induction de dissonance dans le traitement des TCA en comparant chez des participantes ayant un TCA chronique un programme d’induction de dissonance à un programme basé sur la pleine conscience et à un programme basé sur l’approche centrée sur la personne. Les résultats montrent uniquement un effet du temps sur les variables pour les trois programmes. Nous ne pouvons pas conclure à l’efficacité des programmes, étant donné l’absence dans notre protocole il n’y avait pas de groupe contrôle passif, ni à la supériorité d’un programme par rapport à un autre.

En conclusion, cette thèse suggère que l’induction de la dissonance est une technique efficace dans la prévention des TCA cependant il faut en privilégier l’utilisation pour les individus à partir de 15 ans. Cette thèse s’accorde avec la littérature en montrant que l’induction de dissonance est moins efficace sur les pré-adolescents. Il serait intéressant d’investiguer l’entourage des pré-adolescents dans la prévention afin de fournir aux adolescents un environnement positif pour les protéger de l’apparition d’un TCA. L’induction de dissonance semble efficace pour des femmes ayant un TCA, principalement une boulimie et une hyperphagie boulimique. Cependant son efficacité sur des femmes ayant un TCA chronique et sa supériorité face aux interventions actives restent à confirmer. Les futures recherches pourraient évaluer si l’induction de dissonance est efficace sur des participants ayant une anorexie mentale et sur une population masculine.