Soutenance de thèse – Marine PAUCSIK

Quand :
18 novembre 2022 @ 14 h 00 min – 17 h 00 min
2022-11-18T14:00:00+01:00
2022-11-18T17:00:00+01:00
Où :
Amphi de la MSH Alpes
1221 avenue centrale - Domaine universitaire 38400 Saint-Martin-d'Hères
Titre de la thèse : Evaluation et développement de la compassion en tant que facteur protecteur transdiagnostique : études transversales, longitudinales et interventionnelles fondées sur une approche processuelle

Composition du Jury :
– Mme Céline BAEYENS, PR – Université Grenoble Alpes – Directrice de thèse
– Mme Rebecca BEGUE SHANKLAND, PR – Université de Lyon 2 – Co-directrice de thèse
– Mme Lucia ROMO, PR – Université Paris Nanterre- Examinatrice
– Mme Luisa WEINER, PR – Université de Strasbourg – Rapporteure
– M Pascal ANTOINE, PR – Université de Lille – Rapporteur
– M Pascal DELAMILLIEU, PUPH – Université de Caen Normandie – Examinateur
– Mme Cathernie BLATIER, PR – Université Grenoble Alpes – Examinatrice

Résumé :
L’objectif de ce travail de thèse est d’étudier le rôle et le développement de la compassion en tant que facteur protecteur transdiagnostique en période de crise en se basant sur une approche processuelle. Cette thèse sur articles se divise en cinq parties : (1) une introduction théorique, (2) un premier recueil de quatre études portant sur l’évaluation de la compassion en tant que facteur protecteur, (3) un second recueil de cinq études portant sur l’évaluation d’interventions développant la compassion et leurs processus d’efficacité, (4) une étude portant sur les relations entre auto-compassion et régulation émotionnelle et (5) une discussion générale. L’introduction théorique fait un état de l’art à propos des différents éléments qui seront abordés dans cette thèse et introduit les trois questions qui ont guidé ce travail de thèse : – L’auto-compassion représente-t-elle un facteur protecteur efficace de la santé mentale en période de crise ? – La régulation émotionnelle est-elle un processus permettant l’efficacité des interventions basées sur la compassion ? – De quelle manière l’auto-compassion est-elle associée à la régulation émotionnelle ? La Partie I présente une revue de la littérature qui vise à aborder les dimensions de la compassion selon une approche processuelle et transdiagnostique ainsi que trois études longitudinales lancées durant le premier confinement français. Ces études évaluent le rôle protecteur l’auto-compassion aux côtés d’autres facteurs sur la santé mentale d’individus issus de la population générale, de parents et de doctorants. La Partie II présente une méta-analyse portant sur les études ayant évalué l’effet des interventions basées sur la compassion sur la régulation émotionnelle. Les résultats de cette méta-analyse nous ont conduits à mener trois études interventionnelles (i.e., une étude de cas unique, une étude contrôlée randomisée et une étude pilote) ayant pour objectifs de tester l’effet d’un programme fondé sur la compassion sur la régulation émotionnelle en population subclinique et clinique. Préalablement à leur réalisation, nous avons conduit une étude évaluant les qualités psychométriques de plusieurs échelles visuelles analogiques. La Partie III présente une étude qui a évalué les liens entre auto-compassion, compétences émotionnelles et stratégies de régulation émotionnelle. Les résultats de cette étude ouvrent de nouvelles perspectives pour les recherches s’intéressant aux effets bénéfiques de l’autocompassion et à ses effets sur la régulation émotionnelle. La discussion générale de ce travail de thèse propose une synthèse et une discussion des résultats obtenus à l’ensemble des études et au regard des trois questions qui ont orienté ces recherches. Elle aborde également les apports et implications cliniques de ce travail et les limites qui en demeurent. Elle ouvre également plusieurs perspectives de recherches qui pourront guider de futures études s’intéressant à la compassion.