Soutenance de thèse – Cédric BATAILLER

Quand :
6 décembre 2021 @ 14 h 00 min – 17 h 30 min
2021-12-06T14:00:00+01:00
2021-12-06T17:30:00+01:00
Où :
Salle Annie Génovèse, Bâtiment Michel Dubois
1251 Avenue Centrale
38400 Saint-Martin-d'Hères
Titre de la thèse : Contribution des expériences répétées à l’apprentissage évaluatif : Une investigation basée sur les procédures d’approche et d’évitement


Composition du Jury :
  • Pr. Maria AUGUSTINOVA, Professeure à l’Université de Rouen-Normandie, Rapporteuse
  • Dr. Christophe BLAISON, Maître de Conférences HDR à l’Université de Paris, Examinateur
  • Pr. Olivier CORNEILLE, Professeur à l’Université Catholique de Louvain, Rapporteur
  • Pr. Anne GAST, Professeure à l’Universität zu Köln, Examinatrice
  • Pr. Dominique MULLER, Professeur à l’Université Grenoble Alpes, Directeur de thèse
  • Dr. Cécile NURRA, Maître de Conférences à l’Université Grenoble Alpes, Co-encadrante de thèse
  • Pr. François RIC, Professeur à l’Université de Bordeaux, Examinateur
  • Pr. Annique SMEDING ,Professeure à l’Université de Savoie Mont-Blanc, Invitée

Résumé
Dans le champ de la cognition sociale implicite, les réponses évaluatives indirectes représentent une opportunité de dépasser certaines limites de l’auto-report. Sensées capter quelque chose de progressivement encodé au cours du temps et guidant nos comportements, ces mesures permettraient de déterminer l’attitude que quelqu’un a envers quelque chose, et ce, même lorsque cet individu ne voudrait pas ou ne pourrait pas dévoiler ses préférences. Pour la plupart des modèles théoriques rendant compte de ces réponses comportementales, c’est au travers d’expériences répétées que nous développons ces réponses évaluatives indirectes. De récents travaux expérimentaux, cependant, ont mis en évidence l’impact que de simples instructions pouvaient avoir sur ces réponses évaluatives. À travers ce travail de thèse, nous défendons l’idée que les effets de l’exposition répétée et ceux de simples instructions diffèrent. Pour investiguer cette question, nous avons tout d’abord développé un paradigme d’entraînement à l’approche et à l’évitement au cours duquel nos participant·es devaient approcher et éviter des stimuli de manière répétée. Après avoir montré que de nouvelles réponses évaluatives indirectes naissaient de ce type d’entraînement (Exp. 1a–2), nous avons comparé ce paradigme expérimental à une procédure basée sur les instructions (Exp. 3–7). Parmi ces cinq études comparant les deux procédures sur plusieurs types de réponses évaluatives indirectes, auprès de différentes populations, et dans différentes situations, deux ont révélé une plus grande efficacité des entraînements à l’approche et à l’évitement (les trois autres ne s’étant pas révélées conclusives). Deux études complémentaires ont traité la question des théories naïves que pouvaient avoir des individus sur cette question (Exp. 8 & 9). Ces résultats, pris dans leur ensemble, s’inscrivent dans la continuité d’avancées théoriques récentes dans le champ de la cognition sociale implicite et nous amènent à recommander de privilégier des paradigmes tels que les entraînements à l’approche et à l’évitement comparativement aux paradigmes basés sur de simples instructions.